close
  • chevron_right

    Mathias Poujol-Rost ✅ · Tuesday, 22 November - 17:15 edit

    Pour le directeur adjoint à la stabilité financière de la Banque de France et secrétaire général du NGFS, les acteurs financiers doivent agir dès maintenant

"Chacun des métiers des banques centrales pourront se saisir des risques liés à la nature", Jean Boissinot, secrétaire général du NGFS
  • "Chacun des métiers des banques centrales pourront se saisir des risques liés à la nature", Jean Boissinot, secrétaire général du NGFS

    Les risques liés à la perte de la biodiversité et à la disponibilité des services rendus par la nature à l’économie commencent tout juste à être pris en compte par les acteurs financiers. Les banques centrales et régulateurs du réseau pour verdir la finance (NGFS) veulent concevoir rapidement un cadre et des indicateurs permettant d’en comprendre les enjeux. Pour Jean Boissinot, directeur adjoint à la stabilité financière de la Banque de France et secrétaire général du NGFS, qui vient de publier le livre "La finance verte" (éditions Dunod), les acteurs financiers doivent agir dès maintenant.