close
  • Hu chevron_right

    Covid : suivez le discours de Castex avant les vacances

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 4 February, 2021 - 16:11 · 1 minute

CORONAVIRUS - Vaccins, couvre-feu et confinement... Le Premier ministre, Jean Castex, et le ministre de la Santé, Olivier Véran, tiennent une conférence de presse à 18 heures ce jeudi 4 février 2021 pour faire “un bilan des mesures de freinage ” du Covid-19 alors que se profilent les vacances d’hiver.

Selon Matignon, le rendez-vous de ce jeudi 4 février permettra de faire un point d’étape sur la situation sanitaire et sur les mesures de restriction mises en place pour lutter contre le Covid-19.

Lors de sa dernière allocution, le Premier ministre avait surpris par ses (non) annonces, alors que le spectre du reconfinement planait dangereusement sur la France. “Nous pouvons encore nous donner une chance d’éviter le confinement”, avait alors assuré Jean Castex, tout en reconnaissant que “la question d’un confinement se pose légitimement compte tenu de ces données”, en raison d’un “fort risque d’accélération” de l’épidémie.

À voir également sur Le HuffPost: Castex estime que la France peut encore ”éviter le confinement”

  • Hu chevron_right

    La Garonne a amorcé sa (lente) décrue après le passage de la tempête Justine

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 4 February, 2021 - 12:53 · 2 minutes

INTEMPÉRIES - Lentement mais sûrement. La décrue a commencé le mercredi 3 février dans la soirée dans le Sud-Ouest de la France, touché par des inondations après le passage de la tempête Justine. Dans le secteur de Marmande dans le Lot-et-Garonne , la Garonne poursuit sa décrue ce jeudi après un pic atteint à 10 mètres 20 dans la nuit, sans battre le record de juin 1875, établi à 11m39, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article .

“On arrive sur une période d’étale, c’est-à-dire que l’eau va stagner un moment, pour une dizaine d’heures environ”, a affirmé le lieutenant Stéphane Varona. Dans la matinée, le niveau à Marmande était retombé à 9,85 m, maintenant le département en vigilance rouge pour risque de crues sur le tronçon de la Garonne Marmandaise.

Plus en aval, dans le sud de la Gironde, un pic à 9,69m a été atteint à 05H40 au niveau de La Réole, au plus haut depuis quinze ans. Le pic reste “au même niveau à 9 heures 45”, annonce la préfecture pour ce secteur où le précédent record de février 1952 (10,81m) n’a pas été battu pour le moment. Dans la journée, “les crues en cours vont se propager vers les secteurs aval” où des “débordements localisés” sont attendus, précise vigicrues.

La baisse des niveaux des affluents de la Garonne est “rapide”, a assuré la préfecture du Lot-et-Garonne , selon qui, dans le secteur de Tonneins, “là aussi la décrue est en cours”. Au total, “la nuit est restée plutôt calme”, avec seulement cinq interventions de pompiers.

“Depuis le début de la crise, quelque 80 personnes ont été évacuées” dans le Lot-et-Garonne, selon la préfecture, qui a recensé 280 interventions des pompiers, essentiellement “pour des mises en sécurité et des coupures d’électricité”.

En Gironde, les pompiers ont procédé à 56 évacuations et 22 mises en sécurité dans le secteur du Langonais - La Réole, où plusieurs routes restent fermées à la circulation. Jeudi matin, 45 routes départementales restaient coupées dans le Lot-et-Garonne, 12 submergées et six écoles étaient toujours fermées.

Pour le moment, quatre cours d’eau (Garonne, Dordogne, Isle et Dronne) restent placés en vigilance orange pour le risque de crues. Dans les Landes, le niveau des cours d’eau continuait à la baisse, comme la Midouze à Tartas, petite ville dont la partie basse a été inondée deux fois en un mois, et à Dax sur l’Adour.

À voir également sur Le HuffPost: Dans le Lot, une vingtaine de bateaux décrochés et emportés sur plusieurs kilomètres par la crue

  • Hu chevron_right

    Le maire de Marseille veut vendre le stade Vélodrome, "une gabegie financière"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 4 February, 2021 - 11:02 · 2 minutes

MARSEILLE - L’histoire ne dit pas s’il fera appel à Stéphane Plaza. Le maire de Marseille Benoît Payan a annoncé son intention mercredi 3 février de vendre le stade Vélodrome pour assainir les finances de la ville, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

L’ex-premier adjoint de Michel Rubirola a fait part de son intention au cours d’un Facebook Live dans lequel il répondait aux questions des internautes, au lendemain de la présentation de l’audit des finances de la ville réalisé par le cabinet Deloitte.

“Le stade, je veux le vendre parce qu’il me coûte trop d’argent. Je veux le vendre car il est une gabegie financière. Je l’ai dit quand j’étais dans l’opposition. Je le ferai si je trouve un acheteur. Je me débrouillerai dans les mois, les années qui viennent pour trouver un acheteur. Le stade, ce n’est plus possible.”

Cet audit, accessible à tous en ligne , met en lumière la gestion difficile durant les années Gaudin (1995-2020). En 2020, la cité phocéenne était endettée à hauteur d′1,54 milliard d’euros, soit environ 1812 euros par habitant. Des chiffres en légère baisse, mais nettement supérieurs à ceux des grandes métropoles de plus de 100.000 habitants (en moyenne 1525 €/habitant en 2019 selon Deloitte).

Une des causes principales de cette dette XXL est la rénovation du stade Vélodrome pour l’Euro 2016 . Les travaux (et l’entretien) dont le coût était estimé à 268 millions d’euros devraient en réalité coûter plus du double aux Marseillais. En 2015, le rapport annuel de la Cour des comptes , évoquait un prix dépassant les 500 millions d’euros pour la municipalité.

Et ce n’est pas le loyer de 5 millions d’euros versé chaque année par le club de l’OM qui devrait permettre de rembourser la facture. Autant de raisons qui poussent l’élu PS a envisager la vente du Vélodrome, “les bijoux de famille”, comme disait Jean-Claude Gaudin qui se refusait à une telle transaction.

″À Marseille l’argent public a été dépensé à tort et à travers, on a emprunté de l’argent pour ensuite le gaspiller, le jeter”, a fustigé Benoît Payan. “Au moment ou nos acteurs du monde de la culture et du sport sont dans une situation de souffrance, toutes ces dépenses cumulées sont un poids que nous allons devoir porter. ”

Le maire PS de la ville a par ailleurs affirmé avoir fait baisser de 7,5 millions d’euros la prochaine note liée à l’accueil des  épreuves de voile lors des JO de 2024.

À voir également sur Le HuffPost: À Marseille, ils utilisent le parkour contre la pollution lumineuse

  • Hu chevron_right

    Le Lot-et-Garonne toujours placé en alerte rouge par Météo France

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 4 February, 2021 - 07:03 · 3 minutes

MÉTÉO - Le Lot-et-Garonne est toujours placé en vigilance rouge selon le dernier bulletin de Météo France et 17 départements sont toujours en vigilance orange, pour des risques de crue ce jeudi 4 février.

Il s’agit des Landes , du Tarn-et-Garonne, de la Gironde , de la Dordogne, de la Charente, de la Charente-Maritime, des Deux-Sèvres, du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme, de l’Oise, de l’Aisne, de la Marne, de la Meuse, de la Meurthe-et-Moselle et des Vosges.

La cote de la Garonne a dépassé les 10 mètres mercredi après-midi à Marmande mais ne devait pas battre le niveau de la crue de décembre 1981 dans la ville (10,56 m), selon le site vigicrues. Les deux ponts de la ville ne sont plus accessibles.

Le pic de crue à Marmande était prévu hier vers 21h et l’étale devait durer une dizaine d’heures, a expliqué à l’AFP le directeur de cabinet de la préfecture Jean-Philippe Dargent. “La décrue ne va donc pas commencer avant ce jeudi  matin”, a-t-il ajouté.

Plus en amont sur la Garonne, une évacuation a été proposée à quelque 80 personnes dans la commune de Port-Sainte-Marie en raison de signes de fragilité d’une digue, selon la préfecture. La salle des fêtes a été spécialement aménagée avec des lits de camp pour les recevoir. La digue est fragilisée par des galeries de ragondins et l’évacuation a lieu à titre préventif, a expliqué Jean-Philippe Dargent.

La préfecture assure que “les digues font l’objet d’une surveillance étroite et continue” sur ce tronçon de la Garonne marmandaise, passé en vigilance rouge mercredi en fin d’après-midi.

Ailleurs dans le département, la décrue est bien entamée, notamment sur le Lot aval, sur la Garonne à Agen, où le pic a été atteint tôt mercredi, et dans le sud du département (rivières Baïse, Gélise et Gers) où la baisse des eaux avait débuté mardi.

Cinq personnes évacuées

Depuis le début du phénomène météorologique “Justine” dans la nuit de vendredi à samedi, les pompiers du Lot-et-Garonne ont recensé 254 interventions.

En aval sur la Garonne, dans le sud du département de la Gironde, les niveaux d’eau continuaient de monter mercredi soir, notamment à La Réole où le pic devait être atteint dans la nuit de mercredi à jeudi, selon vigicrues.

La crue pourrait engendrer “des situations complexes”, a indiqué à l’AFP le maire Bruno Marty, précisant que cinq personnes avaient été évacuées préventivement mercredi et d’autres pourraient l’être d’ici jeudi.

Mercredi matin, environ 25 routes départementales girondines et quatre ponts reliant les rives de la Garonne (à Langoiran, Cadillac, Castets-en-Dorthe et La Réole) restaient fermés.

Dans les Landes, le niveau des cours d’eau était à la baisse, comme la Midouze à Tartas, petite ville dont la partie basse a été inondée deux fois en un mois, et à Dax sur l’Adour mais près d’une quarantaine de routes restaient coupées.

Les pompiers landais ont effectué 132 interventions depuis samedi, sans gravité mais ont secouru une personne dans son véhicule prisonnier des eaux, près de Dax.

À voir également sur le HuffPost: Après la tempête Justine, les images de ces cours d’eau français en crue

  • Hu chevron_right

    Météo France place le Lot-et-Garonne en vigilance rouge aux crues

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 3 February, 2021 - 16:29 · 2 minutes

MÉTÉO - Une lente décrue s’est amorcée ce mercredi 3 février dans plusieurs départements du Sud-Ouest touchés par les inondations ces derniers jours , comme les Landes, même si des secteurs restaient ponctuellement sous menace des eaux, comme à La Réole (Gironde) et dans le Lot-et-Garonne, passé en vigilance rouge .

Dans le Lot-et-Garonne, une cinquantaine de routes comme la veille, restaient mercredi fermées à la circulation, principalement des voies départementales en bord de Garonne, et des pics étaient attendus en soirée sur le fleuve dans les secteurs de Tonneins et Marmande, seul ce dernier motivant un passage en vigilance rouge, selon la préfecture.

Car la décrue a commencé en plusieurs points dans le département, notamment sur le Lot aval, sur la Garonne à Agen, où le pic a été atteint tôt mercredi, et dans le sud du département sur les rivières Baïse, Gélise et Gers, où la baisse des eaux avait débuté mardi.

Depuis le début du phénomène météo “Justine” dans la nuit de vendredi à samedi, les pompiers du Lot-et-Garonne ont recensé 203 interventions, mais pas d’évacuation d’urgence ces dernières 24 heures de personnes menacées par les eaux, juste des “mises à l’abri” préventives, ont précisé les pompiers.

Cinq écoles, comme mardi, demeuraient fermées dans des petites communes du secteur de Marmande-Tonneins.

Les digues sont globalement en “très bon état”, avec quelques surverses pas anormales vers des casiers prévus à cet effet, quelques points sous surveillance, mais “pas d’inquiétude dus à ces surverses”, selon la même source.

Cinq personnes évacuées et des dizaines de routes fermées

En aval, dans le département de la Gironde, les niveaux de la Garonne continuaient de monter, quoique très lentement : à La Réole, le pic devrait être atteint mercredi soir, et pourrait engendrer “des situations complexes, mais a priori pas d’évacuation d’urgence”, a indiqué à l’AFP le maire Bruno Marty.

Cinq personnes ont été évacuées mercredi par anticipation d’un quartier de La Réole, d’autres pourraient l’être d’ici jeudi, “mais la crue très lente nous laisse le temps de l’anticipation”, a souligné Bruno Marty.

Mercredi matin, environ 25 routes départementales et quatre ponts reliant les rives de la Garonne restaient fermés, à Langoiran, Cadillac, Castets-en-Dorthe, La Réole.

Dans les Landes, 37 routes restaient coupées, soit une dizaine rouvertes depuis la veille. A Tartas, dont la partie basse a été inondée deux fois en un mois, quatre fois en un an, le pic a été atteint en matinée sur la Midouze et une légère décrue s’observait, ainsi qu’à Dax sur l’Adour.

Les pompiers landais ont effectué 129 interventions en 48 heures, sans gravité mais ont secouru une personne dans son véhicule prisonnier des eaux, près de Dax.

À voir également sur Le HuffPost: Après la tempête Justine, les images de ces cours d’eau français en crue