close
  • Hu chevron_right

    Nouvel An lunaire: Emmanuel Macron évoque la "haine aveugle" pendant le Covid

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 12 February - 09:03 · 1 minute

NOUVEL AN LUNAIRE - “Je me souviens [...] de la discrimination que nous avons vécue, que vous avez vécue”: dans un message vidéo adressé le 12 février à la communauté franco-asiatique à l’occasion du Nouvel An lunaire, Emmanuel Macron a pris soin d’évoquer la vague de racisme provoquée par la pandémie de coronavirus , il y a près d’un an. Un discours à retrouver en intégralité dans la vidéo en tête de cet article.

Des voeux marqués bien sûr par l’omniprésence du coronavirus , où le président a mis l’accent sur “les raisons” d’espérer de l’année qui vient. “Alors que chaque année cette période est festive [...], je sais aussi combien la pandémie vous prive de cette chaleur humaine”, a regretté Emmanuel Macron, avant de rendre hommage aux victimes de la maladie.

Une adresse qui fut enfin l’occasion d’évoquer les liens entre la France et l’Asie du Sud-est: “Par votre dynamisme [...], vous contribuez à ouvrir la France à de nouveaux horizons, à construire l’avenir de notre pays”, a-t-il déclaré depuis l’Élysée. “Ce sont autant de ponts qui sont jetés vers vos pays d’origine [...] auxquels je tiens tout particulièrement”, a-t-il ajouté.

Souvent considérée comme “discrète”, la communauté asiatique en France change d’image ces dernières années, notamment pour lutter plus activement contre les stéréotypes. Le Nouvel An lunaire, souvent appelé “Nouvel An chinois” par les Occidentaux alors qu’il concerne une partie importante de l’Asie du Sud-est, est justement l’occasion de ressortir les vieux clichés , un écueil que l’Élysée a pris soin d’éviter.

À voir également sur Le HuffPost: À Davos, Macron a expérimenté ce moment de solitude si propre aux visios

  • Co chevron_right

    Ismaël Saidi déconstruit les manipulations de l’antiracisme

    ancapism.marevalo.net / Contrepoints · Tuesday, 19 January - 03:30 · 7 minutes

Ismaël Saidi

Par Nathalie MP Meyer.

Intéressante controverse, il y a quelques jours, sur Twitter.

Premier acte : l’ancien policier et dramaturge belge Ismaël Saidi , musulman d’origine marocaine, estime sur France Inter au micro d’une Léa Salamé totalement estomaquée que la discrimination à l’embauche à raison de l’origine maghrébine ou subsaharienne des candidats existe en France, mais comme exception, en aucun cas comme norme :

« Vous voulez que je vous les montre, moi, les légions de Mohamed, Rachid, Fatima qui ont des boulots de dingue, qui ont des boulots qui sont exceptionnels et qui ont fait leur vie ? Mais vous savez, la majorité, on ne l’entend pas. Et le problème, c’est qu’il faut tendre l’oreille pour entendre le murmure de la majorité, sinon on n’entend que les cris de la minorité. »

Houla. Typiquement le genre de discours à éviter si l’on ne veut pas passer pour un collabo de la « colonialité du pouvoir » aux yeux de nos intellos indigénistes décoloniaux. Cela fait longtemps que ces derniers ont « établi », ou plutôt nous assènent sans accepter la moindre réplique, que la France est l’épicentre d’un racisme d’origine coloniale (et patriarcale – convergence des luttes oblige) :

qui « s’est reconfiguré et continue d’agir, notamment à travers l’ensemble des stratégies capitalistes extractivistes, qui conduisent à la surexploitation des humains, des ressources et au changement climatique. » (Propos tenus par une sociologue pas plus tard que samedi dans l’hebdomadaire Le Point )

D’où le second acte : pour Aurélien Taché , député non inscrit venant de l’UNEF puis du PS puis de LREM qu’il vient de quitter pour retourner plus à gauche, les propos d’Ismaël Saidi font de lui un « idiot utile » de l’ordre établi, ordre dont toutes les études montrent depuis 30 ans qu’il est foncièrement raciste et discriminatoire.

À vrai dire, ni Saidi ni Taché ne nous donnent d’éléments statistiques pour apprécier la validité de leurs déclarations respectives. Si ce n’est que le premier a le bénéfice de l’expérience réelle tandis que Taché parle du haut de son idéologie socialiste et, d’une certaine façon, de son fonds de commerce antiraciste qui s’effondrerait s’il lui fallait reconnaître que la France n’est pas l’univers impitoyablement discriminatoire qu’il décrit.

Mais il se trouve que sur ce sujet précis de la discrimination à l’embauche, on dispose d’une étude demandée tout spécialement par le gouvernement d’Emmanuel Macron afin d’orienter sa politique de testings et de name and shame , c’est-à-dire la dénonciation publique des entreprises qui discriminent afin de les livrer à l’opprobre de l’opinion publique. C’était même le job de Marlène Schiappa avant qu’elle ne suive Gérald Darmanin au ministère de l’Intérieur dans le gouvernement Castex.

Entre octobre 2018 et janvier 2019, des chercheurs des universités Paris-Est Marne-La-Vallée et Paris-Est Créteil ont donc envoyé plus de 17 000 lettres de candidature ou de demande de renseignements fictives à 103 entreprises classées parmi les 250 premières capitalisations boursières. La première moitié des lettres émanait de candidats dotés d’un prénom et d’un nom d’origine française et l’autre moitié de candidats dotés d’un profil identique mais avec nom et prénom d’origine maghrébine.

Pour la plupart des commentateurs, les résultats de l’enquête révèlent une situation évidemment catastrophique : les discriminations à l’embauche seraient « significatives » au sens où « les candidats nord-africains ont près de 20 % de réponses en moins que les candidats français ».

Mais à examiner les éléments chiffrés de plus près, il y a largement de quoi douter du caractère concluant de l’étude. Car finalement, sur les 103 grandes entreprises françaises testées fictivement, seules 5 à 15 (selon le critère évalué) ont été identifiées dans l’étude comme discriminantes.

Ismaël Saidi

Autrement dit, 88 à 98 grandes entreprises françaises sur 103 ressortent du test sans donner lieu à la moindre critique du point de vue de la discrimination à l’embauche. Un résultat qui écarte toute idée de racisme systémique dans le monde de l’entreprise française et qui tend à faire nettement pencher la balance en faveur d’Ismaël Saidi.

Ce dernier était l’invité de la matinale de France Inter du 14 janvier dernier pour présenter son livre Comme un musulman en France qui sort actuellement en librairie ( vidéo complète – à voir, 09′ 45″).

Fruit de ses rencontres avec des jeunes de toutes origines et de tous lieux de résidence en France, en Belgique et en Suisse à la suite de la représentation de sa pièce satirique Djihad (2014) dans des lycées et collèges, le livre cherche à restaurer conversation et écoute dans une France où tout le monde regarde tout le monde en « chien de faïence » et il pointe l’effet profondément destructeur du discours victimaire servi et ressassé jusqu’à plus soif ainsi que la culpabilisation, en face, qui lui fait écho et l’entretient :

« Si vous vous mettez en posture de coupable dès le départ, vous m’aidez, moi, à me mettre en posture de victime. » (Ismaël Saidi, tweet ci-dessous)

Et voilà. À force de dénoncer des discriminations partout, tout le temps et à tout bout de champ, y compris où il n’y en a pas ou peu, à force d’en faire en quelque sorte un business politique, Aurélien Taché et toutes les associations qui occupent le créneau très valorisant de la lutte pour l’égalité et l’antiracisme précipitent l’émergence d’un sentiment de culpabilité dans la population d’accueil qui précipite lui-même un sentiment de victimisation chez les accueillis, lequel anéantit toute possibilité que les personnes ainsi assignées à leur statut de victimes cherchent à prendre leurs responsabilités et à agir personnellement sur leur vie.

On repense alors à ce que disait Emma , cette dessinatrice de BD proche de l’extrême gauche dont je vous ai déjà parlé :

« J’ai rencontré des ami·e·s politisé·e·s qui m’ont aidée à analyser la situation et à réaliser que si je rencontrais autant de difficultés, c’est d’abord parce que j’étais une femme. »

On débarque là dans le champ des discriminations envers les femmes, mais les ressorts sont les mêmes : si les femmes, les Français d’origine étrangère, etc. ne réussissent pas, cela n’a rien à voir avec eux-mêmes, leurs compétences, leurs efforts, leurs mérites, ou pas, mais tout avec le fait qu’ils vivent dans une société raciste et patriarcale. D’où la revendication de la discrimination positive qui, avec ses quotas imposés, élimine talent et responsabilité personnelle du tableau pour ne retenir que des critères d’appartenance à telle ou telle communauté, telle ou telle minorité.

En réalité, l’encouragement permanent à la victimisation des uns sur fond de culpabilisation judéo-chrétienne des autres tient plus du mépris envers les personnes « issues de la diversité » que de la reconnaissance de leur capacité à agir sur leur vie comme tout un chacun. Comme le disait Zohra Bitan , femme politique issue de l’immigration et ex-membre du Parti socialiste :

« Si moi, tous les matins, devant ma glace, je m’étais arrêtée à ma tête d’arabe, je n’aurais pas avancé, je ne me serais pas intégrée et je n’aurais pas aimé ce pays. Il y a des xénophobes, il y a des racistes, il y a des antisémites dans ce pays, mais ce n’est pas le lot de toute la France. » (vidéo LCI , 2015)

Et, ajoutait-elle, « y’en a ras-le-bol que le PS, à chaque fois, se cache comme des indignés de salon derrière le racisme ».

Zohra Bitan cite le PS qu’elle connaît bien et qui venait de s’illustrer une nouvelle fois en taxant de raciste ou de xénophobe la moindre critique émise contre la ministre de l’Éducation nationale de l’époque Najat Vallaud Belkacem. Mais l’on peut constater avec Ismaël Saidi que la remarque s’applique encore aujourd’hui et concerne tous les professionnels de l’antiracisme qui ont fait du racisme et des banlieues un « commerce électoral » à leur profit.

Sur le web

  • Co chevron_right

    Persécution des Ouïghours : le régime chinois est bien communiste

    ancapism.marevalo.net / Contrepoints · Monday, 18 January - 04:00 · 4 minutes

Par Lionel Chanel.

Les Ouïghours , cette population turcophone et musulmane de la province chinoise du Xinjiang, sont assujettis au pouvoir communiste de Pékin depuis 1950. Les camps de rééducation, lieux d’enfermement et de tortures physique et psychologique, représentent l’aspect le plus répugnant du totalitarisme à l’œuvre en Chine contre cette minorité.

Des témoignages, comme celui de Gulbahar Haitiwaji , une rescapée de ces camps qui vient de sortir un livre sur son expérience de détenue , permettent de se faire une idée de l’enfer que subissent les Ouïghours.

En plus des camps, les attaques contre la religion musulmane, contre le patrimoine architectural et l’isolement forcé auquel sont forcés les Ouïgours représentent d’autres méthodes de ce qui peut s’apparenter à un nettoyage ethnique. Le système de surveillance repose sur un « quadrillage » ( wange en langue chinoise) qui permet de récolter des informations sur la population par plusieurs canaux : écoutes téléphoniques, interceptions électroniques, perquisitions… Mais également, dans les régions où se manifeste une forte contestation du pouvoir communiste, ce dernier impose le rationnement de l’eau et des taxes supplémentaires.

Le but de Pékin est de réduire à presque rien, sinon d’éliminer totalement, la culture ouïghoure. D’ailleurs le nom même de Xinjiang, « nouvelle frontière » traduit cette volonté de transformer cette région en une province parfaitement chinoise où elle envoie, parfois par wagons entiers, depuis des décennies, des colons chinois pour y faire grossir la population han.

L’Autre, ennemi du régime

La répression de populations pour des motifs ethniques n’est pas une nouveauté dans l’histoire du communisme. De la « décosaquisation » initiée par Lénine en 1919 aux persécutions, par les Khmers rouges, de la minorité musulmane cambodgienne des Chams, en passant, en URSS, par l’extermination des Ukrainiens par la faim (Holodomor) dans les années trente et la déportation des « peuples collaborateurs » durant la Seconde Guerre mondiale, nombreux furent les victimes des bouchers communistes assassinées en raison de leur appartenance à une nation ou une ethnie différente.

Comment une doctrine fondée sur la « lutte des classes » et la « guerre contre la bourgeoisie » a-t-elle pu guider ses répressions et ses meurtres de masse par des impératifs ethniques ? C’est Thierry Wolton qui nous donne la réponse, dans le troisième volume de son Histoire du communisme .

Les pouvoirs communistes, explique-t-il, dans leur désir de bâtir la cité idéale, devaient faire table rase du passé et détruire tout ce qui rattachait les hommes à l’ancien monde.

La culture et la religion, évidemment, faisant partie de ces obstacles à éliminer, il n’est pas étonnant que l’utopie communiste se soit muée en « national-communisme » : la diversité des peuples formait un barrage sur la route menant à l’avenir radieux, il fallait donc l’éliminer. Il écrit :

« Le national-communisme , […] est la seule voie possible que peut emprunter l’idéologie si elle veut trouver une concordance a minima avec la réalité 1 ».

Ce décalage constant entre utopie et réalité trouvait, aux yeux des communistes au pouvoir, un élément d’explication chez l’Autre, considéré comme un ennemi du régime. Ce dernier étant totalitaire, il devait fatalement trouver des boucs-émissaires chez des peuples « étrangers ».

Thierry Wolton écrit :

« Le nationalisme est devenu prépondérant dans les régimes communistes dès que ceux-ci ont été en butte à des difficultés. Tous ont fini par s’y adonner car tous ont connu l’épreuve de vérité, l’inadéquation entre théorie et pratique, quand l’idéologie s’est brisée sur les écueils de la réalité. Le repliement sur soi des régimes totalitaires, qui est une obligation pour s’assurer une totale emprise sur la population, a provoqué un complexe obsidional qui a alimenté cette fuite en avant nationaliste 2 . »

La véritable nature du communisme

L’obsession ethnique, voire raciale, est-elle étrangère aux fondateurs du marxisme ? À lire certains de leurs écrits, non.

La correspondance de Marx et Engels nous fournit des perles que la revue Histoire et Liberté , en 2006, avait mis en lumière 3 .

Marx, ainsi, parlait des Espagnols : « Les Espagnols sont déjà des êtres dégénérés. Mais un Espagnol dégénéré, un Mexicain, voilà l’idéal. »

Commentant un livre de l’anthropologue Pierre Trémaux, Marx dit à Engels que la preuve est faite « que le type nègre n’est qu’un type bien supérieur dégénéré » .

À propos de la nation polonaise, Engels explique à Marx que « tout ce que les Polonais aient jamais fait dans l’histoire, ce sont des sottises » , et la qualifie même de « fainéante » . Il la compare à la Russie qu’il juge supérieure, malgré « toute sa vulgarité et sa malpropreté slave » .

Le traitement inhumain infligé aux Ouïghours reflète la nature véritable du communisme.

  1. Thierry Wolton, Une histoire mondiale du communisme, tome 3, Les victimes, Paris, Grasset, 2015, p. 192.
  2. Ibid., p. 223.
  3. Histoire et liberté , printemps-été 2006. Toutes les citations qui suivent en sont extraites.
  • Nu chevron_right

    Alibaba reconnaît avoir développé un algorithme raciste pour surveiller les Ouïghours

    news.movim.eu / Numerama · Tuesday, 22 December - 18:04

Une enquête du New York Times et du magazine spécialisé IPVM a révélé qu'Alibaba a commercialisé un algorithme de reconnaissance faciale permettant d'identifier des personnes d'origine ouïghoure. Le groupe a reconnu les faits, mais explique que sa technologie était un « test » opéré par sa filiale Alibaba Cloud. [Lire la suite]

Voitures, vélos, scooters... : la mobilité de demain se lit sur Vroom ! https://www.numerama.com/vroom/vroom//

L'article Alibaba reconnaît avoir développé un algorithme raciste pour surveiller les Ouïghours est apparu en premier sur Numerama .