close
  • person chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 121

    Angélique Andthehord · Saturday, 28 August - 12:50

Les enfants se turent et me regardèrent dans un silence respectueux, en guise de condoléances, jusqu'à ce qu'une joyeuse voix de fillette retentît :

« Eh ben moi, j'ai huit grands-parents parce que mon père et ma mère sont divorcés et remariés tous les deux. Alors, ça me fait quatre papys et quatre mamies et ys sont tous très gentils avec moi.

- Eh ben moi, intervint un garçon, … »

Ainsi, les enfants avaient banalisé ma réplique, faisant de moi l'une des leurs, qui prend son tour de parole comme tout le monde. Je crus donc que ça y était, que le problème était résolu mais pas du tout. Après avoir dit cela, je retombai dans mon mutisme et ne parvint jamais à leur dire quoique ce soit d'autre.

Par contre, le lendemain, au cours d'un repas, je fus appelée à prendre la parole pour rendre mon verdict concernant une sombre histoire de mouche assassinée.


extrait de : L'AIRE DE JEUX


#enfants #solitude #timidité #bloquage #discussion #angoisse #peur #vacances #colonie

  • person chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 118

    Angélique Andthehord · Wednesday, 25 August - 07:57 · 1 minute

Ma monitrice, qui était gentille, vint me consoler et me prêter une oreille attentive. Selon elle, ce qui m'arrivait n'était pas grave du tout puisque on était en colonie de vacances et qu'en colonies de vacances, on est tous là pour s'amuser alors rien n'est grave. Selon ma monitrice, j'avais juste besoin d'un petit coup de pouce. Elle avait un plan.

Les enfants qui, au début de la colonie, jouaient à marcher dans mon tube comme dans un tunnel étaient partis jouer avec un autre tube quand ma monitrice leur avait dit qu'il fallait me laisser m'asseoir à celui-là. Vous vous rappelez ? Je l'ai déjà raconté. Eh bien, il était arrivé un moment où ces enfants, lassés de ce jeu, s'étaient assis par terre et s'étaient mis à discuter entre eux. Depuis lors, c'est ce qu'ils faisaient chaque jour.

Ma monitrice alla les trouver, leur expliqua mes tracas et leur demanda s'ils voulaient bien m'aider. Ils acceptèrent. L'idée était simple : il suffisait qu'ils continuassent à discuter entre eux, exactement comme ils faisaient, assis par terre, mais près de moi. Ainsi, j'entendrais leurs conversations et m'y intégrerais spontanément lorsque je m'y sentirais prête.


extrait de : L'AIRE DE JEUX


#solitude #monitrice #vacances #colonie #enfants #gentillesse #discussion #timidité #bloquage

  • person chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 117

    Angélique Andthehord · Tuesday, 24 August - 07:14 · 1 minute

Après tout, si je me retrouvais seule quand Éric me laissait à l'aire de jeux, c'était parce que je n'y avais pas de copines. L'aire de jeux, c'était comme une cour de récréation : tous les enfants jouaient avec leurs copains et leurs copines tandis que, moi, j'étais tout le temps toute seule dans mon coin. Ça avait toujours été comme ça depuis la maternelle et ça me le faisait encore en colonie. Alors, il fallait bien que je me rendisse à l'évidence : c'était en moi qu'il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond et, ce problème-là, c'était sur l'aire de jeux que je devais chercher à le régler, indépendamment d'Éric.

Bravement, j'avançai au cœur de l'aire de jeux, dans l'espoir de me mêler aux autres enfants, et regardai tout autour de moi. Le toboggan était toujours bondé alors que, moi, je ne supportais pas la bousculade. Des enfants couraient alors que, moi, je n'étais pas d'une nature sportive. Des enfants parlaient entre eux alors que, moi, on me chassait de partout. Des enfants riaient entre eux alors que, moi, on se moquait tout le temps de moi. Plus je regardais autour de moi, plus je me sentais anormale, honteuse, angoissée, apeurée. Ma tête se mit à tourner, on aurait dit que j'allais tomber par terre. Alors, vite, je retournai me réfugier auprès de mon tube, m'assis par terre et pleurai.

J'aurais pas dû essayer ! J'aurais pas dû venir en colonies ! J'aurais pas dû croire que j'arriverais à m'amuser comme les autres !


extrait de : L'AIRE DE JEUX


#inquiétude #bêtise #solitude #peur #vacances #colonie #enfants #timidité #bloquage

  • person chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 116

    Angélique Andthehord · Monday, 23 August - 07:23 · 1 minute

*« Bon, ben… j'retourne au portique.

- Oui, vas-y ! »

Jusque-là, c'est quelque chose que j'avais toujours mal pris : à chaque fois, Éric m'emmenait dans la clairière pour voir…, ensuite, il me ramenait à l'aire de jeux et me laissait là toute seule tandis que lui retournait au portique auprès de ses copains. Moi, je m'étais toujours dit qu'en principe, un vrai amoureux aurait dû me prendre par la main, m'emmener au portique, me faire asseoir sur une balançoire et me pousser. Seulement, à bien y regarder, si Éric m'avait invitée au portique, je me serais retrouvée la seule fille au milieu de garçons dont certains avaient peut-être plus ou moins des bêtises dans la tête. Alors, tout compte fait, je préférais ne pas y être. En plus, d'autres enfants de la colonie auraient pu dire et croire que j'avais une place privilégiée au portique en échange de montrer… à Éric, à commencer par les méchantes de mon dortoir. Même pour Éric et pour moi-même, d'ailleurs, ça n'aurait peut-être pas été très clair.

Comme quoi, l'idée du gentil amoureux qui m'aurait emmenée au portique, c'était encore un piège tendu par le diable. Au départ, ça m'avait paru être une bonne idée, tout comme le moniteur Olivier avait cru que c'était une bonne idée d'interdire les cabinets extérieurs. Comme quoi, moi non plus, je ne voyais pas plus loin que le bout de mon nez.


extrait de : L'AIRE DE JEUX


#bêtise #amour #solitude #vacances #colonie #enfants #gentillesse #discussion

  • person chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 115

    Angélique Andthehord · Saturday, 21 August - 06:51 · 1 minute

« Mais alors, qui c'était, les silhouettes, hier, à qui tu faisais des grands signes ?

- Ben… y a eu des bêtises, au début.

- C'était tes copains ?

- C'était au début de la colonie. Je savais pas. Tu pardonnes ?

- Moi aussi, j'ai fait une bêtise, dans le car, à l'aller, concédai-je.

- Tu vois ! Mais maintenant, faut pus qu'y ait de bêtises.

- D'façon, les moniteurs, ys ont dit qu'ys veilleraient à c'qu'y y ait pas de bêtises.

- Alors, ça veut dire que tu m'montreras plus ?

- Si. Ça, c'est pas une bêtise puisque j'ai dit qu'j'étais amoureuse de toi. D'façon, les moniteurs, ys sont d'accord.

- Ys t'ont dit ça, les monos ?!

- Enfin… pas tout à fait. Heum… »

Comment dire ? Comment expliquer ce que j'avais compris de ce que les moniteurs m'avaient dit ?

« Les moniteurs, c'est pas des vrais adultes, ys ont vingt ans. Alors, ys veulent bien qu'y ait des histoires d'amour pendant les vacances. »

Éric hocha lentement la tête pour montrer qu'il avait compris le concept, un peu admiratif que je fusse parvenue à négocier cela avec les moniteurs.


extrait de : LE MOMENT D'Y VOIR PLUS CLAIR


#inquiétude #bêtise #amour #amoureuse #vacances #colonie #enfants #discussion

  • Hu chevron_right

    Macron, pour les vacances, partage des messages de prévention et ça vaut le détour(nement)

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 13 February, 2021 - 11:15 · 2 minutes

VACANCES - Emmanuel Macron, source intarissable d’inspiration. Les congés scolaires d’hiver commencent ce samedi 13 février pour la zone C qui comprend les académies de Paris, Versailles, Créteil mais aussi Toulouse et Montpellier. À l’occasion des départs en vacances et des longs trajets en voiture, Emmanuel Macron a tenu à rappeler des messages de préventions pour les vacanciers contre le Covid-19 . Ce qui n’est pas passé inaperçu sur les réseaux sociaux.

Sur Twitter, il a partagé quatre photos de messages censés être diffusés sur les panneaux lumineux des autoroutes. “Le virus ne prend pas de vacances. Chaque geste barrière compte”, “Accompagné, le masque reste sur mon nez”, ou encore, ”À plusieurs, on aère l’habitacle régulièrement”.

Évidemment, il n’en a pas fallu davantage pour que les internautes détournent ce tweet à leur sauce. Parfois bien piquante. Même son ministre délégué des Transports, Jean-Baptiste Djebarri, y est allé de sa contribution.

Un concours de la meilleures vanne qui n’est pas sans rappeler celui du 6 février dernier, lorsque le président s’était mis en scène à l’Élysée avec les slogans “porter le masque” , “aérer la pièce”, “se laver les mains”.

À voir également sur Le HuffPost: Nouvel An lunaire: les voeux d’Emmanuel Macron à une communauté “victime de haine aveugle”

  • Hu chevron_right

    À cause du Covid-19, les Français renoncent aux vacances d'hiver

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 12 February, 2021 - 11:25 · 2 minutes

Dans les Alpes, le 17 octobre 2020, les habitués du ski étaient présents pour l

VACANCES - L’évasion n’est pas pour tout de suite. Selon un sondage Odoxa Backbone Consulting pour France Info et Le Figaro * publié ce jeudi 11 février, seuls 13% des Français partiront en vacances d’hiver, soit deux fois moins que l’an dernier, où ils étaient 24%.

Si, en temps normal, seule une petite moitié de Français part au ski , cette année ils ne seront que 12% à dévaler les pentes, soit presque deux fois moins qu’en 2020 (22%). En cause: les risques engendrés par la crise du Covid-19 ainsi que ses conséquences (activités et restaurants fermés) qui poussent 32% des Français à rester chez eux.

“Sur les réseaux sociaux, les Français indiquent qu’ils ont très envie de vacances mais ils sont conscients que le contexte actuel impose la prudence pour cet hiver et attendent avec impatience des jours meilleurs”, a résumé Véronique Reille-Soult, de Backbone Consulting dans l’étude.

Autre impact de la crise du Covid-19: les difficultés pour circuler en dehors du territoire national et les nombreuses restrictions imposées aux frontières. Les Français resteront, plus que d’habitude, dans l’Hexagone pour ce mois de février: 89% des Français qui partiront en vacances choisiront la France (+16 points par rapport à l’année dernière), 4% iront ailleurs en Europe (-9 points) et 6% se déplaceront dans une autre région du monde (-8 points).

En effet, s’il est aujourd’hui difficile de se déplacer en dehors du territoire national, les déplacements entre régions sont en revanche, possibles en France, alors que le gouvernement a, pour l’heure, écarté toute limitation des déplacements entre régions, à l’exception des outre-mer où un test PCR et un motif impérieux sont désormais réclamés. “Aujourd’hui, partir en vacances c’est possible”, avait assuré à BFMTV Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État chargé du Tourisme. “Il n’y a pas de restrictions de circulation entre les régions”, a-t-il poursuivi.

La montagne, destination phare des Français

Parmi ceux qui partent, la moitié privilégiera la montagne (47%) malgré la fermeture des montées mécaniques, devant la mer (20%) ou la ville (12%). Une maigre consolation, pour les professionnels de la montagne, puisque la moitié des habitués resteront chez eux et les autres ne pourront dépenser leur argent ni dans l’économie du ski, ni dans les restaurants. Sur Europe 1, Jean-Luc Boch, président de l’association de maires de stations de montagne a fustigé ce vendredi un fort recul des revenus pour le mois de février: “Sur les vacances de février, en règle générale, on est plutôt sur les 80-90 % d’occupation. Aujourd’hui, on a une moyenne de 38 %”, a-t-il expliqué.

Autre conclusion de l’étude, à cause du risque épidémique, 65% des parents éviteront d’envoyer leurs enfants chez leurs grands-parents.

*Sondage réalisé via internet auprès d’un échantillon de 1005 personnes interrogées entre le 10 et le 11 février .

À voir également sur le HuffPost: Le désarroi de cette station de ski familiale face à la fermeture

  • Hu chevron_right

    Covid-19: les bronzés font du tourisme vaccinal

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 4 February, 2021 - 10:39

Covid-19: les bronzés font du tourisme vaccinal.

CORONAVIRUS - Partir pour se faire vacciner dans un pays étranger est maintenant une tendance dont les Américains profitent. Cuba ou les Émirats arabes unis accueillent des touristes qui ne viennent pas que pour se dépayser mais aussi pour avoir leur dose de vaccin . Mais ces vacances sont-elles des vacances comme les autres?

À voir également sur Le HuffPost : Chez Pfizer, ces élus demandent de “libérer les brevets” sur les vaccins anti-Covid-19