close
    • chevron_right

      From Banksy’s green leaves to Miami’s pink islands, public art’s a party – and everyone’s invited!

      news.movim.eu / TheGuardian · Monday, 1 April - 07:00

    Yoko Ono hung wishes from trees. Jeanne-Claude and Christo coated entire coastlines. But their work had one thing in common: it made us think about what we should cherish – and what we are losing

    Last week, I took my five-year-old nephew to see the new Banksy in London. As we were walking, I told him it was a new, magical tree that had suddenly appeared overnight, put up by a masked man, and that it was up to us to solve the mystery. He came up with all sorts of theories.

    When we got there, crowds of people were arriving by bike and on foot, or slowing down as they passed in their cars – people of all ages and backgrounds. Like us, they were marvelling at the new green splattered wall that, from some angles, looks like a tree in full bloom. People were conversing, asking each other their thoughts, spotting the stencilled outline of a person holding a pressure hose next to the tree, or imagining how the artist was able to construct it so secretly.

    Continue reading...
    • chevron_right

      Ce street-artist peint une œuvre spectaculaire à 2000 mètres d'altitude

      Le HuffPost · news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 26 August, 2021 - 15:51 · 1 minute

    SUISSE - Le street-artist français Saype a achevé ce mercredi 25 août une nouvelle fresque spectaculaire au sommet d’une montagne en Suisse, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

    La peinture sur herbe de 1500 mètres carrés représente un petit garçon qui joue à faire des bulles. Elle a été réalisée au sommet du pic Moléson dans les Alpes suisses. L’œuvre intitulée “un nouveau souffle” vise à remonter le moral des gens, notamment après la pandémie de Covid-19 en les aidant à retrouver l’émerveillement enfantin devant les nuages qui passent d’après l’artiste.

    “Je pense que nous vivons dans un moment qui est très pesant et on a besoin d’un peu de légèreté”, explique-t-il à l’agence Reuters. “Je crois que les nuages sont synonymes de rêve et d’imagination, quand on était enfant, on aimait imaginer des formes dans les nuages. Je crois que c’est un moment où il faut respirer et aussi imaginer le monde de demain, avec une certaine légèreté, à travers la rêverie.”

    L’œuvre de Saype est éphémère et biodégradable, puisqu’il utilise une peinture à base de pigments naturels tels que le charbon et la craie pour travailler. Le street-artist avait fait parler de lui en 2019 avec son projet pharaonique intitulé “Beyond Walls” , visant à créer symboliquement la plus grande chaîne humaine au monde avec ses peintures pour “inviter les peuples à l’entraide et à la bienveillance”.

    Le Français a ainsi orné des sites allant d’un bidonville appauvri en Afrique du Sud à la pelouse devant le siège européen des Nations Unies à Genève, ou encore le Champs de Mars à Paris.

    À voir également sur Le HuffPost: Sur TikTok, cette jeune peintre n’utilise pas de pinceau, mais bien une raclette