close
    • chevron_right

      Royaume-Uni : les vaccins Pfizer et AstraZeneca font-ils leurs preuves chez les plus âgés ?

      Marcus Dupont-Besnard · news.movim.eu / Numerama · Tuesday, 2 March, 2021 - 13:42

    De nouvelles données anglaises, préliminaires, viennent chiffrer l'efficacité de Pfizer et AstraZeneca contre les formes graves de la maladie Covid-19 chez les personnes âgées. [Lire la suite]

    Voitures, vélos, scooters... : la mobilité de demain se lit sur Vroom ! https://www.numerama.com/vroom/vroom//

    L'article Royaume-Uni : les vaccins Pfizer et AstraZeneca font-ils leurs preuves chez les plus âgés ? est apparu en premier sur Numerama .

    • chevron_right

      Covid-19: Moderna veut augmenter de 50% la capacité de ses flacons de vaccin

      AFP · news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 13 February, 2021 - 02:01 · 1 minute

    Une infirmière américaine remplissant une seringue seringues avec le vaccin Moderna, dans le Connecticut aux États-Unis, le 12 février 2021.

    VACCIN - La société américaine de biotechnologie Moderna a indiqué ce vendredi 12 février avoir demandé l’autorisation à différentes autorités sanitaires du monde entier, d’augmenter de 50% la capacité de ses flacons de vaccin contre le Covid-19 , afin d’accélérer les campagnes de vaccination en cours.

    “Afin d’optimiser les ressources et les opportunités de livrer plus de doses plus rapidement sur chaque marché, Moderna a proposé de remplir ses flacons avec jusqu’à 15 doses de vaccin, en comparaison des 10 d’avant”, a indiqué la société dans un communiqué à l’AFP.

    L’Agence américaine du médicament (FDA) a déjà autorisé l’augmentation de 40% du contenu des flacons, selon le New York Times , citant des sources proches du dossier.

    Une porte-parole a précisé que des discussions étaient en cours avec la FDA et les autorités des différents pays où le vaccin est utilisé, et que cette augmentation ne nécessiterait pas de changement dans le conditionnement des fioles.

    “Ce serait un grand pas en avant”

    “Tout changement serait soumis à l’autorisation finale des différentes autorités de régulation. La mise en place de tout changement prendrait environ deux à trois mois”, a-t-elle ajouté.

    Pour augmenter les doses, les lignes de production devraient être transformées, ce qui prendrait moins de dix semaines, soit d’ici la fin avril, a pour sa part indiqué le New York Times .

    “Ce serait un grand pas en avant”, a salué dans le quotidien Moncef Slaoui, ancien conseiller en chef du programme de vaccination américain sous Donald Trump.

    “Je pense que cela aura un impact à court terme”, a-t-il ajouté.

    Plus de 10% de la population américaine a reçu au moins une dose de vaccin contre le coronavirus, presque la moitié avec celui de Moderna et un peu plus de la moitié avec celui de Pfizer.

    Le président Joe Biden a confirmé jeudi que les deux sociétés allaient fournir 600 millions de doses au total, soit assez pour vacciner 90% des habitants.

    À voir également sur Le HuffPost : ″Ça vous excite?” La photo d’Olivier Véran se faisant vacciner a inspiré Stephen Colbert

    • chevron_right

      Roselyne Bachelot a trouvé un surnom à Olivier Véran depuis qu'il s'est fait vacciner

      Le HuffPost · news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 12 February, 2021 - 22:38 · 1 minute

    TÉLÉVISION - Invitée sur le plateau de “C à vous” ce vendredi 12 février, Roselyne Bachelot a été amenée à commenter la vaccination d’ Olivier Véran devant les caméras en début de semaine.

    “Vous vous êtes fait quelle réflexion en voyant ces images?”, lui a ainsi demandé la journaliste Anne-Élisabeth Lemoine.

    “La première, c’est que la petite chemise sur le téton, là, c’était bien... Il est plutôt beau gosse, alors je lui ai donné un surnom: je l’appelle maintenant ’joli thorax’”, a répondu la ministre de la Culture, en référence à Jolitorax, le cousin germain breton d’Astérix imaginé par René Goscinny et Albert Uderzo.

    Pour Roselyne Bachelot, se faire vacciner devant les caméras n’apporte pas grand chose, “car finalement, il y a deux catégories: ceux qui ont déjà décidé à se faire vacciner (...) et c’est maintenant la majorité des Français, la vaccination a gagné son combat; puis ceux qui sont anti-vaccins et ce n’est pas l’image d’un ministre qui se fait vacciner (qui va changer grand chose)”.

    Elle cite ensuite son cas personnel: “on m’a dit: ‘vous ne vous êtes pas fait vacciner avec le vrai vaccin’ en 2009 ( contre la grippe A (H1N1), NDLR ), on m’a accusée d’avoir reçu une piqure de sérum physiologique. Vous savez, quand on a décidé de tuer son chien, on dit qu’il est enragé.”

    Olivier Véran a reçu lundi 8 février au centre hospitalier de Melun une première dose de vaccin Astra Zeneca contre le Covid-19 .

    Le vaccin Astra Zeneca, homologué la semaine dernière par les autorités sanitaires françaises, doit servir notamment à vacciner la totalité des soignants, y compris ceux âgés de moins de 50 ans comme le ministre de la Santé, neurologue de formation.

    À voir également sur Le HuffPost : ″Ça vous excite?” La photo d’Olivier Véran se faisant vacciner a inspiré Stephen Colbert

    • chevron_right

      La photo d'Olivier Véran se faisant vacciner a inspiré Stephen Colbert

      Le HuffPost · news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 12 February, 2021 - 17:20 · 1 minute

    TÉLÉVISION - La photo d’Olivier Véran en train de se faire vacciner a traversé l’Atlantique. À tel point que Stephen Colbert, le comédien et présentateur américain, s’en est amusé dans son “Late Show” ce jeudi 11 février.

    Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article , il a consacré une partie de son émission, “Le moment quarantaine”, à la nouvelle tendance des photos de ministres européens qui se font vacciner contre le Covid-19 , certains en profitant pour montrer leurs biceps ou leurs pectoraux.

    “Mais celui qui a lancé ce mouvement, c’est le ministre de la Santé français, Olivier Véran. Qui a tweeté cette photo de lui avec le simple mot ‘vacciné’”, a lancé Stephen Colbert , avec un accent français prononcé.

    Comparant le tweet du ministre de la Santé à une publicité pour un parfum, le comédien a estimé avec humour que son bref texte (“vacciné”) était un “très bon message de santé publique”.

    Olivier Véran avait été le premier membre du gouvernement à se faire vacciner contre le Covid-19, lundi 8 février. Il avait alors reçu une injection produite par le laboratoire AstraZeneca, alors qu’il visitait le centre de vaccination de Melun, en Seine-et-Marne.

    À voir également sur Le HuffPost : Nouvel An lunaire: les voeux d’Emmanuel Macron à une communauté “victime de haine aveugle”

    • chevron_right

      Pourquoi la HAS recommande une seule dose de vaccin pour les ex-malades du Covid

      Marcus Dupont-Besnard · news.movim.eu / Numerama · Friday, 12 February, 2021 - 15:51

    La HAS a émis de nouvelles recommandations pour vacciner les personnes ayant contracté la maladie Covid-19. [Lire la suite]

    Abonnez-vous à notre chaîne YouTube pour ne manquer aucune vidéo !

    L'article Pourquoi la HAS recommande une seule dose de vaccin pour les ex-malades du Covid est apparu en premier sur Numerama .

    • chevron_right

      AstraZeneca, Pfizer, Moderna... L'efficacité des vaccins au banc d'essai

      Quang Pham · news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 12 February, 2021 - 09:53 · 5 minutes

    VACCINS - Tous les vaccins sont-ils aussi efficaces de la même manière contre le coronavirus? Les revers successifs subis par AstraZeneca peuvent semer le doute. D’abord déconseillé aux plus de 65 ans en France par la Haute Autorité de Santé, le vaccin a été ensuite suspendu de la campagne de vaccination en Afrique du Sud .

    La raison? Une efficacité présumée moindre selon certaines études contre les formes modérées du variant sud africain . L’OMS a toutefois dernièrement mis en garde contre un excès de pessimisme vis-à-vis du vaccin AstraZeneca, déclarant qu’il demeurait “une partie importante de la réponse à la pandémie actuelle”.

    Face aux déclarations parfois contradictoires des autorités de santé, pas facile de s’y retrouver parmi les nombreuses références de vaccins disponibles. Pour vous y aider, nous avons listé ci-après les principaux vaccins présents sur le marché ainsi que leurs caractéristiques en termes de taux d’efficacité, de performance contre les variants, de disponibilité.

    BioNTech Pfizer (BNT162)

    États-Unis, Allemagne

    • Type de vaccin : ARN messager en deux doses.

    • Demande d’autorisation : autorisé en France depuis fin décembre.

    • Efficacité contre la souche d’origine : 95 %.

    • Performance contre les variants : neutralise le variant anglais et reste efficace contre le variant sud-africain malgré une diminution de l’immunité procurée.

    • Comment il peut être adapté contre les nouveaux variants : plus facilement que les vaccins plus classiques, d’après les experts en quelques semaines.

    • Effets secondaires : classiques pour un vaccin. Des douleurs au bras à l’injection et des symptômes grippaux à la seconde dose. Dans de très rares cas, des patients ont été victimes de chocs anaphylactiques , une réaction allergique grave.

    • Comment il est stocké :  dans un super-réfrigérateur à -70°C.

    • Disponibilité en France : 78 millions de doses commandées, livraisons débutées en décembre.

    Moderna (mRNA-1273)


    États-Unis

    • Type de vaccin : ARN messager en deux doses.

    • Demande d’autorisation : autorisé en France depuis janvier.

    • Efficacité contre la souche d’origine : 94 %.

    • Performance contre les variants : immunise à 95 % contre le variant anglais. Le vaccin parvient à neutraliser le variant sud africain bien que son efficacité face à cette mutation ait été divisée par six.

    • Comment il peut être adapté contre les nouveaux variants : comme le vaccin Pfizer très facilement. Un nouveau rappel contre le variant sud-africain est en cours de développement.

    • Effets secondaires : similaires au vaccin Pfizer. Des douleurs au bras à la première injection et des symptômes grippaux lors de la seconde dose.

    • Comment il est stocké :  dans un réfrigérateur à -20°C.

    • Disponibilité en France : 24 millions de doses commandées, livraisons en cours depuis janvier.

    AstraZeneca (AZD1222)


    Royaume-Uni, Suède

    • Type de vaccin : à vecteur viral en deux doses.

    • Demande d’autorisation : autorisé en France mais recommandé aux personnes de moins de 65 ans.

    • Efficacité contre la souche d’origine : 60 %.

    • Performance contre les variants : efficace à 60 % contre le variant anglais. Des doutes existent sur son efficacité contre les formes modérées du Covid-19 provoquées par le variant sud-africain. Ce qui a conduit l’Afrique du Sud à suspendre son utilisation. Les données sur les performances du vaccin AstraZeneca contre le variant sud-africain étant parcellaires , des études supplémentaires seront nécessaires pour statuer de son efficacité contre cette mutation du virus.

    • Comment il peut être adapté contre les nouveaux variants : même s’il n’est pas aussi facilement adaptable qu’un vaccin à ARN messager, il est possible de mettre à jour le vaccin rapidement. Une nouvelle version du vaccin contre le variant sud-africain est en cours de développement .

    • Effets secondaires : de la fièvre pour 9% des patients. Douleurs au bras à l’injection, fatigue et maux de tête pour les autres .

    • Comment il est stocké : dans un simple frigo.

    • Disponibilité en France : 44 millions de doses commandées, livrées depuis février.

    Johnson & Johnson (Ad26.COV2.S)


    États-Unis

    • Type de vaccin : à vecteur viral en une dose.

    • Demande d’autorisation : en cours d’autorisation aux États-Unis. Une demande devrait être adressée également à l’Agence de régulation européenne.

    • Efficacité contre la souche d’origine : 66 %.

    • Performance contre les variants : efficace à 57 % contre le variant sud-africain.

    • Comment il peut être adapté contre les nouveaux variants : comme le vaccin AstraZeneca, il peut être adapté rapidement.

    • Effets secondaires : Douleurs à l’endroit de l’injection et symptômes grippaux .

    • Comment il est stocké : dans un simple frigo.

    • Disponibilité en France : 30 millions de doses commandées, livrées à partir d’avril s’il est bien autorisé

    CureVac (CVnCov)


    Allemagne

    • Type de vaccin : ARN messager en deux doses.

    • Demande d’autorisation : en cours de tests cliniques.

    • Efficacité contre la souche d’origine : Pas encore de données définitives le vaccin étant encore en test. Le fabricant s’attend à des taux d’efficacité aussi élevés que les autres vaccins à ARN messager, Moderna et Pfizer.

    • Performance contre les variants : Pas de données.

    • Comment il peut être adapté contre les nouveaux variants : étant un vaccin ARN, il est modifiable rapidement. Une nouvelle version est d’ailleurs en cours de développement contre les variants.

    • Effets secondaires : après la seconde injection , douleurs musculaires, fatigue, maux de tête et parfois fièvre.

    • Comment il est stocké : dans un frigo normal.

    • Disponibilité en France : 43 millions de doses commandées, livrées à partir de la fin du mois de mars, à condition qu’il soit autorisé.

    Spoutnik V (laboratoire Gamaleya)

    Russie

    • Type de vaccin : à vecteur double viral en deux doses.

    • Demande d’autorisation : en attente d’autorisation en Europe.

    • Efficacité contre la souche d’origine : 92 %.

    • Performance contre les variants : pas de données disponibles

    • Comment il peut être adapté contre les nouveaux variants : le vaccin pourra être ajusté mais moins rapidement qu’un vaccin à ARN messager.

    • Effets secondaires : douleurs au bras, fatigue et fièvre.

    • Comment il est stocké : dans un frigo classique.

    • Disponibilité en France : Pas de commandes -pour l’instant-.

    Quel choix de vaccin?

    Peu importe finalement la référence du vaccin administré, répondent les experts. Il est même probable que vous n’aurez pas le choix de votre vaccin. Ce qui compte, c’est d’en recevoir un, car tous les vaccins procurent une protection importante contre les formes sévères du covid-19 et vous éviteront une hospitalisation voire un décès.

    Durant les tests cliniques des principaux vaccins, aucun mort directement lié au Covid n’a été à déplorer parmi la population vaccinée. Chaque vaccin a présenté un pourcentage de protection contre les décès égal à 100%. Malgré des différences d’efficacité entre les références, la vaccination apparaît donc comme un des moyens les plus efficaces pour sauver des vies.

    À voir également sur Le HuffPost : Des vaccins à 90% efficaces, ce que ça veut dire...et surtout pas dire

    • chevron_right

      Les effets secondaires des vaccins anti-Covid que l'ANSM demande de surveiller

      Le HuffPost avec AFP · news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 12 February, 2021 - 08:59 · 3 minutes

    Vaccins Pfizer/BioNTech, 11 février 2021. (JORGE GUERRERO / AFP)

    SANTÉ - Les 73 cas d’hypertension artérielle, de courte durée, déclarés depuis le début de la vaccination avec le vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19, ne remettent pas en cause sa sécurité, mais “constitue un signal qui doit être surveillé” a estimé, jeudi 11 février, l’Agence du médicament ANSM.

    Pour le vaccin AstraZeneca destiné au moins de 65 ans, l’ANSM relève “un signal potentiel”, avec 149 déclarations de syndrome grippal, souvent de forte intensité (fièvre élevée, courbature, maux de tête), touchant pour la plupart des professionnels de santé d’âge moyen de 34 ans, parmi les quelque 10.000 personnes vaccinées entre le 6 et le 10 février 2021. “Ces effets indésirables sont connus et décrits avec les vaccins”, indique l’ANSM.

    Un problème rencontré notamment au CHRU de Brest où des syndromes grippaux avec maux de tête et fortes fièvres, ont obligé 20 à 25 % des personnels vaccinés à se mettre en arrêt de travail, rapporte Le Télégramme . Au CHU de Rennes, deux personnes ont eu une température supérieure à 39°C. La manifestation de “ce type d’effets secondaires” évoque “un défaut de communication sur les effets indésirables transitoires”, confie l’infectiologue François Bénézit au quotidien régional. Selon lui, ces effets sont “désagréables mais pas très graves”.

    Le professeur Alain Fischer, monsieur vaccination du gouvernement, a confirmé sur franceinfo la possibilité de tels symptômes mais il recommande non pas de suspendre mais d’espacer la vaccination.

    “Les établissements de santé sont informés de ce signal potentiel” avance l’ANSM et pour “limiter le risque” de perturbation du fonctionnement des services de soin, il est recommandé de vacciner de façon échelonnée le personnel d’un même service, indique l’agence sanitaire en recommandant, si besoin, de privilégier l’utilisation du paracétamol à la dose la plus faible et le moins longtemps possible.

    Ne pas hésiter à faire des contrôles

    L’ANSM précise que le lot de ce vaccin, utilisé depuis le 6 février, qui a fait l’objet d’un contrôle strict avant sa commercialisation, “a été utilisé dans 21 autres pays de l’UE” et “qu’à ce jour, il n’y a pas de déclarations équivalentes dans d’autres pays”.

    Concernant le vaccin Comirnaty de Pfizer/BioNTech, les 73 cas d’augmentation de la tension artérielle, immédiatement après la vaccination ou de façon différée, ont été de courte durée et d’évolution favorable, détaille l’ANSM.

    Devant tout symptôme évocateur d’une hypertension artérielle tel qu’un malaise des maux de têtes, des vertiges, l’ANSM recommande aux personnes vaccinées d’effectuer un contrôle de la pression artérielle pour une prise en charge médicale la plus précoce possible, si cela s’avère nécessaire.

    Les informations concernant ces deux vaccins ont été transmises à l’Agence européenne du médicament (EMA), indique l’agence. “À ce jour, il n’y a pas de signal de sécurité avec le vaccin Moderna ”, ajoute l’ANSM.

    À voir également sur Le Huffpost: Cette députée veut un “passeport sanitaire” pour relancer le tourisme

    • chevron_right

      Le vaccin contre le Covid-19 proposé à "tous les Américains d'ici fin juillet"

      AFP · news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 12 February, 2021 - 08:11 · 2 minutes

    ÉTATS-UNIS - Donner un cap. Joe Biden a annoncé jeudi 11 février l’achat de 200 millions de doses supplémentaires de vaccin contre le Covid-19 , qui devraient permettre aux États-Unis de posséder assez de doses d’ici fin juillet pour vacciner la grande majorité de la population.

    Ces 200 millions de doses supplémentaires - 100 millions à la société Moderna et 100 millions à Pfizer - s’ajoutent aux 200 millions de doses déjà commandées à chaque société.

    “Nous sommes désormais en voie d’avoir suffisamment de doses pour 300 millions d’Américains d’ici la fin juillet”, a déclaré le président américain, le chiffre correspondant à la totalité de la population adulte américaine. Un objectif un mois plus ambitieux que dans l’hexagone, où Olivier Véran, le ministre de la Santé, a annoncé vouloir vacciner “tous les Français d’ici la fin du mois d’août”.

    10% de la population vaccinée

    La campagne de vaccination aux États-Unis est entrée jeudi 11 février dans une nouvelle phase avec la distribution de doses dans des milliers de pharmacies du pays, alors que le nombre de cas confirmés continue de reculer. Le gouvernement doit fournir un million de doses à quelque 6500 pharmacies, où les Américains ont l’habitude de se faire vacciner contre la grippe. Elles doivent injecter les premières doses dès le lendemain.

    Au total, environ 40.000 pharmacies feront partie du programme. Le gouvernement a également accéléré la production de vaccins, ouvert des sites de vaccination supplémentaires et lancé une campagne pour les moins privilégiés comme les sans-abri.

    Après des débuts chaotiques en décembre, les États ont augmenté la cadence: 44,8 millions de doses ont été administrées et au moins 33,8 millions de personnes ont reçu une ou deux doses, soit environ 10% de la population.

    Selon les projections, “la pleine saison” vaccinale pourrait débuter en avril, “quand pratiquement tout le monde” pourra recevoir une injection, a affirmé sur NBC Anthony Fauci, principal conseiller médical sur la pandémie du président.

    Les États-Unis sont le pays le plus touché par la pandémie tant en nombre de morts que de cas, avec plus de 470.000 décès pour plus de 27 millions de cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. Mais depuis le pic du 8 janvier, les courbes de cas positifs, d’hospitalisations et de décès sont en baisse continue.

    À voir également sur Le HuffPost: Cette députée veut un “passeport sanitaire” pour relancer le tourisme